Les fourmis sont situées très haut dans l’échelle de l’évolution des insectes et vivent toujours en société. Leur société(ou colonie) est divisée en 3 types d’individus :

– les ouvrières : des femelles stériles sans ailes

– les reines : portant des ailes (avant fécondation) ou les ayant perdues (reines fécondées)

– mâles ailés : n’apparaissent qu’à la fin de la fourmilière, ils disparaissent après avoir fécondé une femelle

 On parle de colonie monogyne si celle-ci n’est dirigée que par une seule reine. Si plusieurs reines sont présentes pour diriger la colonie et pondre des œufs, on parle alors de colonie polygyne, dans quel cas la dimension celle-ci atteindra une taille bien supérieur à celle de type monogyne. Leur organisation en société leur permet d’être présentes en masse dans presque tous les écosystèmes terrestres.

Cycle annuel

L’activité des colonies de fourmis dépend du climat; on observe ainsi un cycle annuel de la reproduction avec, à la fin de l’hiver ou début du printemps, la ponte des œufs par la ou les reines. Ces premiers œufs donneront naissances aux ouvrières. De fin mai à août de nouvelles ouvrières et fourmis sexuées ailées apparaissent. Ces dernières effectuent ce qu’on appel un vol nuptial, pendant lequel les mâles fécondent les femelles puis meurent rapidement. Les femelles fécondées qui ont pu échapper aux prédateurs et trouver un endroit adéquat pour fonder une nouvelle colonie, pondent les premiers œufs et élèvent seules les premières larves, qui se métamorphosent en ouvrières avant l’hiver, durant lequel toute activité cesse, lorsque la température est basse. 

Fourmis des jardins (lasius)

Ici, une lasius foliginosus. Les espèces de fourmis dit ”lasius” sont les plus répandues en Suisse. Il en existe 4 sortes principales (Emarginatus, Brunneus, Niger et Foliginosus). Elles sont monogynes

Fourmis chapentières

Ici, une fourmis charpentière. Ces fourmis sont généralement de taille supérieur aux fourmis classiques (lassius). Elles se nourissent de bois pourris d’où leur nom. Leur présence dans une habitation est souvent lié à un problème d’écoulement ou de toiture. On peut remarquer leur présence grâce à du bruit ou des traces de sciure

Fourmis du pharaon

Ici, la fourmis du pharaon. Cette fourmis fait partie des espèces de fourmis dit tropicales/invasives. Elles ont un mode de fonctionnement polygines, se développant donc très rapidement et à grande échelle. Cette dernière est de très petite taille et pratiquement transparante. En Suisse, d’autres espèces invasives sont également présentes comme la Tapinoma ou la fourmis d’Argentine.

Œufs

Ici, un couvant d’une colonie de fourmis. Les oeufs en blanc sont ceux pondus par la ou les reines. Les ouvrières se chargent de leur bon développement

Vol nupital

Ici, nous pouvons observer ce à quoi ressemble un vol nuptial (dans la période de fin mai à août). Les reines prêtent à être fécondées et les mâles qui meurent après fécondation des reines possèdent tous deux une paire d’aile. Le vol est impressionant, rassemblant plusieurs millier de fourmis ailées